Exhibition Review: Colour for the Republic – Commissioned photography on life in the GDR

Written in french for L’Oeil de la Photographie – published in french/english on April 16th, 2014.

 

RDA, GDR, DDR, trois abréviations (en français, anglais, allemand) pour désigner la République démocratique allemande, plus communément appelée « Allemagne de l’Est », cet espace-temps où entre 1949 et 1990, une partie de l’Allemagne se reconstruisait selon les règles d’un État communiste.

En ce temps là, les enfants étaient heureux, les femmes étaient bricoleuses et sexy, les personnes âgées travaillaient sans se fatiguer et la nourriture était opulente. Mais ce ne sont peut être que des clichés. C’est en effet ce que nous montre l’exposition «Colour for the Republic – Commissioned photography on life in the GDR» qui rassemble au Deutsches Historisches Museum (Berlin) les photographies couleur de Martin Schmidt et Kurt Schwarzer ayant réalisé de nombreuses commandes pendant cette période.

Martin Schmidt (1925) et Kurt Schwarzer (1927–2012) étaient des photographes indépendants et travaillaient pour la presse, pour des institutions et des entreprises. En toile fond, ils participaient à consolider et à diffuser le discours officiel ; les magazines, industries, exploitations agricoles et autres organismes sociaux étant communément gérés ou du moins hautement surveillés par le régime en place. L’un des deux photographes était aussi par ailleurs membre des services de sécurité.

Les reportages exposés montrent la vie quotidienne des différentes classes d’âges et classes sociales en RDA. Par exemple celle des travailleurs dans les VEB (« Volkseigenen Betrieb ») soit les « entreprises populaires » appartenant à l’État et les LPG (« Landwirtschaftliche Produktionsgenossenschaft ») c’est à dire les coopératives de production agricoles ou « fermes collectivisées ». Les plus importants lieux de production du pays sont à l’époque pris en exemple comme symboles d’une économie forte et d’un futur prometteur. Les produits (jouets, textiles, voitures, alimentation etc) devaient paraitre attractifs aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières. On sait cependant qu’à la fin des années 1980, la RDA était au bord de la faillite.

Au-delà de la publicité consacrée aux produits de consommation, c’est la propagande exercée par l’État à travers ces photographies qui est aujourd’hui la plus frappante. La communication interne et autres actions « corporate » que l’on connaît aujourd’hui dans les grandes entreprises étaient alors appliqués par un État omniprésent à l’échelle de tous les habitants. L’image s’avère être un parfait allié.

Parmi les chapitres de l’exposition, l’un est consacré aux femmes. Beaucoup de reportages furent en effet réalisés pour  « Für Dich » (« Pour Toi »), magazine féminin est-allemand faisant l’éloge de la femme moderne. Une femme moderne est une femme qui travaille – on ne peut nier les avancées d’après guerre sur ce point – et qui fait ainsi partie du corps social. Comme tout citoyen, elle emploie naturellement toute son énergie au bien être de la patrie. Et avec le sourire, s’il vous plait ! La série dont fait partie l’affiche de l’exposition montre une femme conduisant un tracteur dans une exploitation agricole comme si elle jouait aux auto-tamponneuses un jour férié ensoleillé. Au fait, le ciel était toujours bleu en RDA, ne le saviez-vous pas ?

Une autre photographie immortalise un groupe d’adolescents posant en rigolant dans la rue. Sur l’immeuble en arrière plan se trouve une bannière avec le slogan « Der Sozialismus wird so reich, so stark und so schön wie wir ihn bauen » (« Le socialisme sera aussi riche, fort et beau que nous le construisons »). En RDA, le photographe « free-lance » n’oublie pas le client pour lequel on travaille ; il n’y en a qu’un de toutes façons. Les planches contact, documents de travail et publications présentés en vitrines expliquent de façon très didactique ce contexte de travail particulier entre reportage, publicité et dictature.

Malgré une scénographie saturée pour cet espace de 400 m2, le Deutsches Historisches Museum qui se doit de valoriser ces archives photographiques récemment entrées dans sa collection et d’offrir aux visiteurs des éclairages sur l’histoire de la société allemande, remplit avec cette exposition très bien sa mission.

Eva Gravayat

« Colour for the Republic – Commissioned photography on life in the GDR »
21.03.2014 – 31.08.2014
Deutsches Historisches Museum
Unter den Linden, 2
10117 Berlin
Germany
www.dhm.de

Catalogue :
« Farbe für die Republik. Fotoreportagen aus dem Alltagsleben der DDR »
Published by Stiftung Deutsches Historisches Museum
Hardcover Quadriga Verlag
304 pages, 29,99 €
ISBN 978‐3‐86995‐059‐4

Cover photo: extract from « Traktoristin, 1965 » by Martin Schmidt © Stiftung Deutsches Historisches Museum



Agenda

    THE PHOTO EXHIBITION ARCHIVE is an online resource of selected exhibitions’ views to inspire curators, artists and art students when thinking about, curating & building exhibitions. Founded by Xavier Antoinet & Eva Gravayat in 2017.

Contact

Eva Gravayat
Currently lives in Berlin
Born in Paris, 1985
evagravayat(at)gmail.com

Copyright

© 2016 Eva Gravayat
All rights reserved